Caractère du Mastiff 

 

L’idéal du Mastiff : une chaumière et un coeur. Sentimental et tendre le Mastiff a un coeur gros comme ça, et plus casanier que lui, on meurt. Ne vous arrêtez pas à cette description : du lion, le Mastiff a la noblesse, les allures, et même ce flegme et cette nonchalance qui sont l’apanage des vrais seigneurs. Il peut d’ailleurs parfois sembler un peu méprisant avec les étrangers et ne se commet pas à se mettre en colère pour une broutille. Mais n’en déduisez pas pour autant que c’est un mou, et ne l’excitez pas en pensant que rien ne peut lui faire perdre ce calme olympien ; ses démonstrations de force lorsqu’il le juge utile, peuvent être à la mesure de son courroux et ... de sa taille.

Très affectueux, il attend tout de vous et pourra passer des heures à vous tendre la patte ou vous soulever le bras si vos démonstrations de tendresse à son égard se relâchent. Prenez sa grosse tête dans vos bras et il ronronne de bonheur 

.

Il est normalement tout à fait pacifique et même dans certains cas tout à fait débonnaire ; il ne se fâche qu’en cas de nécessité. Au fond, c’est vraiment un brave type et on est tout étonné de voir que sa bonté naturelle ne l’empêche pas d’être un excellent gardien et de savoir montrer de l’agressivité,  s’il a l’impression que ses maîtres ou sa maison sont en danger. Il aime d’ailleurs sa maison, ses petites habitudes et n’aime pas en changer ; mais comme il aime encore plus ses maîtres que ses habitudes, il s’adaptera très bien à un nouveau mode de vie s'il le faut.

 

C’est un chien facile à vivre, agréable, plutôt obéissant bien qu’il obtempère à l’ordre donné sans précipitation excessive ; si vous êtes vraiment très autoritaire et que vous attendez d’un chien lorsque vous le rappelez, qu'il revienne dans le dixième de seconde, un conseil : ne prenez pas un Mastiff, vous frôlerez l’infarctus régulièrement ; ceci étant, nous vous avons dit qu’il était plutôt obéissant, c’est vrai, et on peut facilement avec de nombreux mastiffs se promener sans laisse sans que cela pose problème.

 

Dissuasif par sa taille bien évidemment mais aussi par son apparence un peu sévère, le Mastiff excelle à la garde d’une maison, d’une boutique, d’une propriété, c’est à dire en règle générale partout où il sera chez lui. Sa méfiance naturelle envers l’étranger renforce son aptitude à la garde. Méfiant ne signifie pas asocial, et, si vous avez pris l’habitude de lui apprendre à sortir dans le monde et fréquenté les clubs d'éducation de la SCC (Société Centrale Canine) en particulier les écoles du chiot, vous verrez que le Mastiff peut être tout à fait charmant et sociable en société et recevoir vos visiteurs, une fois les présentations faites, avec beaucoup de civilités. Il se montrera d’ailleurs très aimable avec vos familiers et vos amis proches à qui il ne manquera pas de faire la fête à chaque visite.

 

Il s’entend généralement bien avec ses congénères et il nous a été donné de voir chez un éleveur, plusieurs mâles et plusieurs femelles aller et venir ensemble dans la maison ; ceci serait exclu avec le Bullmastiff.

Ce n’est en règle générale pas un émotif et il ne se laisse pas troubler facilement ; on imagine bien un Mastiff dans un film comique, ayant «essuyé» la chute bruyante d’une casserole (vide) sur son dos se retourner quelques secondes plus tard en disant : "tiens, j’ai entendu comme un bruit !".

Beaucoup plus gai que ne le laisse prévoir son apparence ou son attitude en public où il fait souvent preuve d’une certaine réserve, il se prête volontiers au jeu avec ses maîtres ou ses congénères.

 

Malgré son volume, il n’a pas forcément besoin d’une grande propriété pour être heureux et préférera être près de vous en permanence plutôt que de faire de l’exercice tout seul. Il vous accompagnera par contre très volontiers dans vos promenades. N’en déduisez pas pour autant que vous le ferez vivre en ville dans un studio, bien que le plus malheureux dans ce cas ne soit pas le chien mais le maître.